A propos

Lorsque je ne suis pas en train de sillonner le monde à observer les gens au travail ou dans leurs relations avec les autres, je me terre dans les recoins de mon quartier en quête d'inspiration ou de moi-même. J'aime travailler avec mon esprit, chercher, découvrir, explorer les terres inconnues de ma pensée. Ce qui me plaît dans mon métier c'est d'apporter la touche esthétique à une entreprise ou tout autre projet en formation.

Mon autre passion est le monde du voyage. Après un séjour d'une année en Asie puis d'un autre en Amérique latine, de retour chez moi, je me suis demandé s'il était possible de lier mes deux activités: vivre de mon travail tout en sillonnant la planète. De là naissait le site Safarilogo. En tant que graphiste, j'ai la chance de pouvoir exercer mon métier partout dans le monde, pour autant que je dispose d'un ordinateur et d'une connexion internet. Le site a donc vu le jour l'été 2013, et au début de l'année 2014 j'ai fait mon sac à dos et me suis remis en route.

Je me trouve à
Dar es Salaam, Tanzanie

Début du voyage
Hanoï, Vietnam
1er mars 2014

Mes pérégrinations m'ont poussé depuis lors sur les routes d'Asie pendant presque trois ans, en bus, en train, en bateau, en avion et à pied, avec mon MacBook et mon sac sur le dos, sans me lasser. Puis j'ai rejoint le continent américain que j'ai également parcouru pendant 3 ans. C'est au tour maintenant du continent africain où je me trouve depuis un peu plus de deux ans. Mon blog ci-dessous vous propose périodiquement des articles en lien avec le monde du voyage, la création de logo et le design sous toutes leurs formes.



← préc.  Blog 2023  suiv. →

Pourquoi écrit-on en majuscules et en minuscules?

4 janvier 2023 19:07   Par Safarilogo

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi il existe des lettres majuscules ET minuscules? Pourquoi y a-t-il deux systèmes, pourquoi les lettres de notre alphabet possèdent chacune deux tracés différents? Une majuscule possède un glyphe différent de celui d'une minuscule, pourtant les deux s'utilisent oralement exactement de la même manière. Alors, un seul tracé suffirait, non? Aujourd'hui, plongeons-nous dans l'histoire et voyons pourquoi et comment cette différenciation s'est produite.

Mais tout d'abord, il faut savoir que dans le jargon typographique, nous n'employons pas les mots «majuscule» et «minuscule». Nous utilisons respectivement les mots «capitale» et «bas-de-casse». Cela vient du fait que le vocabulaire utilisé de nos jours en typographie provient directement des premières heures de l'imprimerie, du temps où l'on imprimait par le relief avec des caractères mobiles en plomb. Dans les imprimeries, les caractères en plomb étaient rangés méthodiquement dans de grands tiroirs à compartiments appelés «casses». Les lettres «majuscules» étaient rangées dans la partie supérieure, au fond, ou plus exactement à la «tête» de la casse, d'où le nom de «capitale», du latin capitalis («capital, de tête»). Par opposition, les minuscules, situées dans le bas de la casse, sont appelées «lettres en bas-de-casse» ou tout simplement «bas-de-casse». Mais revenons à notre question principale et remontons beaucoup plus en arrière dans le temps.

A l'origine, à l'instar de l'alphabet grec, les caractères latins n'existaient qu'en capitales. Ces lettres étaient d'un style très angulaire, à plusieurs traits rigoureux et étaient principalement gravées avec des outils dans la pierre des monuments. A partir du Ier siècle et au fil du temps, en particulier au Moyen Age, le nombre de textes à transcrire ne cessant d'augmenter, les scribes qui passaient toute la journée, chaque jour, à la copie des textes, ont petit à petit fait apparaître une forme d'écriture plus rapide, plus ronde et plus adaptée à l'écriture manuelle. Il en résulta une simplification des formes et une réduction du nombre de traits de chaque lettre. C'est à partir de cette écriture, appelée «cursive latine», que se sont développées les écritures onciale et semi-onciale qui laisseront leur empreinte – via un parcours complexe, cependant – dans le tracé des minuscules actuelles.

Vers l'an 800, Charlemagne monta sur le trône et entreprit de réformer l'éducation. Il décida de remplacer l'écriture d'alors par une écriture qui serait plus facile à lire et à écrire, de sorte que les textes soient accessibles au plus grand nombre. Cette écriture est connue sous le nom de «minuscule caroline» et se répandit peu à peu à travers l'Europe. Bien sûr, il faut bien se rendre compte qu'à l'époque, ces lettres ne s'appelaient pas encore «minuscules». Il n'y avait pas deux systèmes co-habitant ensemble, il n'y avait qu'un nouveau et un ancien tracé de lettres. Un document manuscrit donné pouvait utiliser l'un ou l'autre système, mais ceux-ci n'étaient pas mélangés. Ce n'est qu'au fil des siècles suivant que l'on a commencé à combiner les deux styles: on se servait, par exemple, d'une «ancienne» lettre pour marquer les débuts de chapitre ou de phrase, ou pour le titre des ouvrages. Cela se faisait au gré de la fantaisie du copiste; aucune convention n'existait alors. Il fallu attendre le début du XVIIIe siècle pour finalement voir apparaître un ensemble de règles régissant l'emploi de la capitalisation.

Aujourd'hui, l'usage des minuscules et des majuscules est parfaitement codifié, bien que chaque langue possède ses propres règles: en français, par exemple, on n'écrit pas les noms de langues ou des jours de la semaine avec une majuscule; c'est pourtant le cas en anglais. Et en allemand, tous les noms, communs ou propres, prennent une majuscule. Sachez encore que le mot «majuscule» vient du latin majusculus qui signifie «un peu plus grand», et, vous l'aurez deviné, le mot «minuscule» vient du latin minusculus qui signifie «un peu plus petit».